AccueilEssaisHistoireDiscussionsRecensionsFreud  RSS
BlogConf√©rencesLivresBiblioSéminairesÉditoAdressesAssociationsLiens

Livres

La psychiatrie est-elle encore un humanisme ?La Psychiatrie est-elle encore un Humanisme ?

Robert-Michel Palem

Paris : Éditions l'Harmattan, coll. « Psychanalyse et civilisations », 2010.

Il existe, à l'évidence, un malaise actuel dans la psychiatrie. S'agit-il'une crise des moyens qui lui sont accordés aux fins d'un pragmatisme de rétablissement opératoire de la « santé mentale » ? D'une crise des « paradigmes » définissant les modèles théoriques abstraits de sa pratique ? Ou, plus fondamentalement, d'une crise majeure de ses valeurs ? Pour le dire sans détour, la psychiatrie est-elle encore fidèle à ce qui a présidé à son acte de naissance : l'humanisme, que les lumières lui ont laissé en héritage ? Avant même les dangers qu'elle connaît d'une réduction étroite à un neuroscientisme désubjectivisé, n'a-t-elle pas été la victime complaisante de ses mauvaises fréquentations ?
Engagé dans le soin et l'accompagnement de personnes en souffrance morale, le psychiatre doit être extrêmement prudent dans l'importation de concepts étrangers à son domaine. Mais alors, pourquoi tant de psychiatres se donnent-ils des références philosophiques douteuses, sans se préoccuper des répercussions proches ou lointaines que cela peut avoir sur leurs pratiques et sur les patients ?
L'auteur onterpelle ici, parfois rudement, tous ceux qui font parade d'audaces provocatrices en empruntant leurs idées à des pensées ou des idéologies qui peuvent s'avérer dangereuses. En opposition aux dérives de la mode ou à la désorientation des esprits, il maintient dans sa défense et illustration de la psychiatrie la pensée d'Eugène Minkowsky : « L'homme est fait pour rechercher l'humain ». Si en sa présence on recherche autre chose, l'inhumanité menace.


Médecin-Chef puis Coordonateur pendant 22 ans d'une Clinique psychiatrique privée de 100 lits près de Perpignan et d'un Cabinet de groupe multidisciplinaire indépendant centré sur la neuropsychiatrie (Centre de neuro-psychologie) en 1989 avec 6 collègues, dont neurologe, psychiatres, angeïologue, algologue, psychologue, électroencéphalographiste.

Il a créé et animé à Perpignan, pendant 15 ans, le Collège régional des psychiatres privés Roussillon-Corbières Il a présidé la Commission nationale de l'Hospitalisation psychiatrique privée et est alors trés actif à l'AFPEP (Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé). Pendant près de 20 ans co-rédacteur de la revue Psychiatries, il a écrit plus de 250 articles et publié 10 ouvrages personnels et une douzaine en collaboration entre 1958 et 2010 ; et lancé (avec P.Belzeaux, en 2000) une revue psychiatrique de haut niveau : les Cahiers Henri Ey . Il a reçu le prix national Moreau de Tours de la Société Médico-psychologique française

Entre 1970 et 1977, il rencontre Henri Ey, le « Pâpe de la psychiatrie française » (« Cinquante ans de Lumières en Psychiatrie », Le Monde) et devient son dernier élève et disciple, plus tard son biographe attitré.

En 1994, il crée l'Association pour la Fondation H. Ey à laquelle il va consacrer tous ses efforts et qui va se développer en France et à l'étranger avec la création de Cercles d'études H. Ey, l'organisation de colloques et de symposia avec l'Association Karl Popper (Dr CJ. Blanc) tous les ans au Congrès International Psychiatrie et SNC à la Cité des Sciences à Paris pendant 10 ans, jusqu'en 2007. Il publie des ouvrages de psychopathologie ; tout en privilégiant le dialogue avec les philosophes, comme l'avait toujours fait H. Ey, le Maître qu'il s'est reconnu dans la seconde moitié de sa carrière.



Info